Se connecter avec votre compte LNH.com:
  • Soumettre
  • Ou
  • Se connecter avec Google

Sunrise, 14 février 2013

jeudi, 14.02.2013 / 15 h 01
X
Partagez avec vos amis


Le carnet de route Expedia.ca
Sunrise, 14 f\u00E9vrier 2013
Considérant le fait qu'il fait presque toujours beau et chaud à Fort Lauderdale, ce n'est pas surprenant que les résidants de la place, de même que les touristes fassent souvent la fête. Pour tous ceux qui quittent le bar à deux heures du matin, un peu éméchées, et qui ne sont pas en mesure d'opérer un véhicule, les compagnies de taxi de Fort Lauderdale ont développé un système assez simple pour permettre à tous d'appeler un taxi, peu importe l'état de celui qui veut rentrer chez lui.



Lorsqu'il est temps de téléphoner pour avoir un taxi, les choses sont plutôt simples. Il faut se souvenir d'un seul chiffre. Si vous savez compter jusqu'à dix, vous connaissez par coeur le numéro d'un taxi. Téléphonez le 222-2222, le 333-3333, le 666-6666, le 777-7777, le 888-8888 ou le 999-9999 et quelqu'un vous prendra en charge.



Dans leur amphithéâtre, les Panthers de la Floride ont installé le "Den of Honor" (La tanière honorifique). Dans cet endroit accessible au public situé dans la coursive principale, de nombreux joueurs, de même que de nombreux moments sont immortalisés. Quelle n'a pas été notre surprise de voir une vitrine complète dédiée à l'histoire des rats de Scott Mellanby.



L'histoire veut que Mellanby, alors attaquant des Panthers, ait vu un rat dans le vestiaire, tout juste avant le match d'ouverture, en 1995-1996. Il a envoyé valser le rat dans le mur à l'aide d'un lancer frappé. Puis il a marqué deux buts dans la soirée. Le tout a été qualifié de "Rat Trick" (Tour du rat) par le gardien John Vanbiesbrouck. C'est à partir de ce jour que les partisans ont commencé à jeter des rats en plastique sur la glace, forçant la LNH à instaurer un règlement décernant une pénalité à l'équipe hôtesse si les partisans dérangent le jeu en lançant des objets sur la patinoire. À voir l'exemple ci-bas, il faut croire que les partisans de Montréal et ceux de la Floride ont au moins une chose en commun.