PUBLIÉ SUR mardi, 29.11.2011 / 22 h 55
 La trilogie « Mighty Ducks » n’a plus besoin de présentation : Charlie Conway, le Grand V, etc. L’un des membres de notre personnel ne peut pas passer une journée sans y faire référence. Ainsi, lorsque nous sommes débarqués au Anaheim Ice Center, nous avons eu une pensée pour elle. Tous les éléments y étaient… il ne manquait que de la brume sur la glace. Malheureusement, les joueurs des Canadiens n’ont pas joué le jeu et n’ont pas scandé « couac, couac, couac » en sautant sur la glace.



Le personnel de canadiens.com étant de passage à Anaheim pour la première fois, nous avons pu nous empêcher d’avoir une pensée pour Patrick Roy qui en brandissant la coupe Stanley en 1993 avait déclaré « Je m’en vais à Disney World!». Sautant dans un taxi après notre journée de travail, nous avons dit au chauffeur : « On s’en va à Disneyland! ». Quelque 30 minutes plus tard, nous étions rendus à destination. Malheureusement, même si le slogan est « Let the memories begin » / « Où les souvenirs commencent » les 80$ demandés à l’entrée pour les trois dernières heures d’ouverture ont refroidis nos ardeurs. Les souvenirs ont pris fin avant même de commencer. Ah! La magie de Disney.



Alors que nous nous dirigeons vers le restaurant ESPN Zone aux abords de Disneyland (tel que vous avez été si nombreux à nous le suggérer), l’appel du restaurant Tex-Mex Tortilla Jo’s a toutefois eu raison de nos estomacs. Confortablement assis sur la terrasse, nous avons pu observer Travis, un expert en ballounologie (traduction libre, merci!) émerveiller les enfants aux autres tables du restaurant en créant des motocyclettes, des couronnes et des sirènes, nous avons cru qu'il était fin prêt pour relever l'ultime défi. Pouvait-il recréer l’inimitable : le logo des Canadiens? N’ayant que l’une de nos cartes de visite comme support visuel, l’artiste s’est mis à l’œuvre et en moins de deux minutes de travail intense à donner différentes formes à ces « ballounes », voici le résultat.  Regardez la vidéo.

|
|
|
PUBLIÉ SUR jeudi, 24.11.2011 / 21 h 00
Une visite dans la ville de l’amour fraternel ne serait pas complète sans une visite à la statue de Rocky Balboa. Pesant deux tonnes et mesurant dix pieds, la statue de bronze du personnage de Rocky était originalement installée au sommet des marches du Musée d’Art de Philadelphie (connues également comme les marches de Rocky) pour le tournage du film Rocky III. La statue sera éventuellement enlevée lorsqu’un débat à savoir s’il s’agissait d’une œuvre d’art a été soulevé, surtout qu’il s’agit d’une statue d’un personnage de fiction, basée sur un acteur qui ne vient pas vraiment de Philadelphie. Quelques années plus tard, la statue est de retour, mais a été installée sur une base, au pied des marches ; une opportunité photo idéale pour les fans de la saga en six épisodes de Stallone. Au cours des 10 minutes que nous avons passé auprès de la statue, plus d’une douzaine de photos ont été prises, les gens allant d’une simple imitation de la pose de la statue à d’autres prétendants envoyer un crochet dans les abdos d’acier de Rocky.

Datant des années 1920, la parade de l’Action de grâce américaine de Philadelphie est la plus vieille aux États-Unis. La parade s’étend sur 2,25 kilomètres et met en scène des ballons géants, des fanfares géantes, des voitures géantes et des bretzels géants si jamais vous avez une fringale. Les montréalais ont la St-Patrick chaque année, mais à Philly, tout se passe à l’Action de grâce et tous se jettent dans les rues tôt, histoire d’avoir les meilleurs sièges pour voir l’action. Si vous planifiez venir pour l’édition 2012, mais avez peur de ne pas avoir de place, faîtes la même chose que cette famille, qui s’est créée sa propre estrade avec deux échelles et quelques planches. La photo a été prise autour de 11h00. Le père, qui est perché au sommet de l’échelle, nous a assuré qu’il y était depuis 8h00.


|
|
|
PUBLIÉ SUR mercredi, 23.11.2011 / 18 h 40
 
La dinde. Le symbole ultime de l’Action de grâce américaine. C’est pourquoi à la veille de ce jour férié dans le pays de l’Oncle Sam, notre attention s’est portée sur une pièce de volaille plutôt inhabituelle distribuée au domicile des Hurricanes. Alors qu’au Centre Bell, les hot-dogs et les nachos font partie de la gastronomie offerte aux partisans du Tricolore, ceux de Raleigh peuvent se délecter de pilons de dinde. D’une taille plutôt appréciable, soit celle d’un petit bébé, cette pièce de viande représente 1 050 calories. De quoi rassasier le carnivore en vous.



Les festivités d’avant-match au RBC Center communément appelées «tailgating » sont sans contredit les plus impressionnantes dans la LNH. Même si, officiellement, la fête s’amorce trois heures avant le début de la rencontre, il n’est pas rare d’y voir des gens allumer leurs barbecues bien avant cela. Aucun regard déplacé n’a été jeté sur nous lorsque nous nous sommes présentés en habits  plutôt qu’avec des chandails des Hurricanes. Au lieu de cela, la seule question qui nous a été posée en cette veille de célébration américaine a été : «Avez-vous faim?». À l’intérieur du RBC Center, la foule a été accueillie, juste avant l’échauffement, par le classique A Charlie Brown Thanksgiving, qui jouait sur tous les écrans, de même que sur l’écran central.


|
|
|
PUBLIÉ SUR jeudi, 17.11.2011 / 14 h 48
En quête d’un rare article de collection? Vous pourriez vous procurez si vous le souhaitiez un chandail porté durant un match par Petteri Nokelainen alors qu’il évoluait pour les Islanders. Choix de première ronde de la formation new yorkaise en 2004, Nokelainen, qui portait le 29 à l’époque, n’a disputé qu’un total de 15 matchs dans l’uniforme des Islanders en carrière.



Nous serons honnêtes, cette photo n’a pas été prise le 17 novembre 2011. La photo remonte plutôt à notre première visite à Long Island la saison dernière alors que nous avions découvert le délice par excellence du Nassau Coliseum : le cupcake officiel des Islanders. Nous avons fouillé dans tous les coins de l’amphithéâtre jeudi soir dans l’espoir de retrouver ce dessert bleu et orange, mais un employé nous a informés qu’ils n’existent plus. Nous amorçons donc une pétition afin de revoir ces gâteaux, ou à tout de moins, sur un plateau sur la galerie de presse!



Nous avions entendu parler des meneuses de claque pour promouvoir le hockey, mais nous avons assisté à une première. Nous au canadiens.com sommes en faveur de l’équité au travail, alors chapeau aux Islanders pour avoir innové en utilisant un homme en jupon aux côtés de ces demoiselles! Il semble davantage poser pour les caméras que nettoyer la glace, mais nous lui donnons 10 sur 10 pour le style!



|
|
|
PUBLIÉ SUR samedi, 12.11.2011 / 13 h 30
Fabricant des affiches de spectacles depuis 1879, Hatch Show Print est sans contredit le plus vieil atelier de création d’affiches aux États-Unis. La partie principale de la boutique est remplie d’affiches colorées, vintage, faites à la main, avec des dessins datant de plus de 132 ans, le tout accroché au mur, alors que des milliers de visiteurs pénètrent dans la boutique chaque année. Les parties du mur qui ne sont pas couvertes d’affiches sont remplies d’étagères où sont conservées des centaines de lettres en bois et de matrices creusées à la main, utilisées pour créer les affiches.

Chacune d’entre elles est ensuite pressée à la main, autant que fois qu’il y a de couleurs dans le design. Pour les artistes, il est de mauvais augure d’afficher un spectacle, si les affiches n’ont pas été faites à la main – une des raisons pour lesquelles Hatch Show Print fonctionne encore aussi bien. Leurs designs représentent surtout des artistes country, avec certaines affiches plus récentes pour des artistes comme Shania Twain, Trisha Yearwood, mais ils ont aussi fait des affiches pour Bob Dylan, Bruce Springsteen et les Beastie Boys. Nike et Jack Daniel’s y sont aussi représentés. Et comme les frères Hatch ont déjà dit : «Faire de la publicité sans affiche, c’est comme pêcher sans vers. »


Si vous envisagez de faire une visite à Nashville et connaissez quelqu’un qui y est déjà passé, demandez-lui de vous recommander le meilleur endroit pour prendre un verre et découvrir pourquoi la fameuse ville du Tennessee a pour surnom «Music City». Les chances sont bonnes pour qu’il vous envoie au Tootsie’s. Établissement renommé de Nashville depuis les années 1960, le Tootsie’s World Famous Orchid Lounge a vu les musiciens country les plus notables traverser ses portes.

Ils s’y succèdent depuis plus de 50 ans, soit depuis que le chanteur Tootsie Bess a acheté le bâtiment, déjà peint en mauve, et lui a donné le nom de la fleur qu’il préférait. Présentant une liste impressionnante de clients tels que Kris Kristofferson, Faron Young, Hank Cochran, Waylon Jennings et Patsy Cline, le Tootsie’s est réputé pour avoir lancé la carrière de Willie Nelson. Ne montrant aucun signe de ralentissement en ce nouveau millénaire, la ligne pour entrer au Tootsie’s s’étendait presque déjà au coin de la rue à 22h30 vendredi soir. L’endroit était encore relativement plein et un orchestre s’y trouvait toujours lorsque nous avons visité l’endroit à 10h30 le lendemain matin.
|
|
|
PUBLIÉ SUR jeudi, 10.11.2011 / 10 h 30
 
Vous savez ce qu’est une figurine à tête branlante, communément appelé «Bobblehead». Et bien, il y en a de sportifs en tout genre, de joueurs de hockey, d’artistes de tout acabit. De politiciens? C’est plus rare. Toutefois, c’est ce que les Coyotes de Phoenix ont décidé de faire pour souligner leur soirée d’appréciation envers les Forces armées. Les premiers 10 000 partisans à se rendre au Jobing.com Arena jeudi soir recevront une figurine à l’effigie du sénateur de l’Arizona et ex-candidat à la présidence américaine, John McCain; ce dernier arborant bien sûr, les couleurs des Coyotes. C’est d’ailleurs le sénateur qui va faire la mise au jeu protocolaire dans le cadre du match opposant les Coyotes aux Canadiens. Il y a lieu de se poser la question si une telle initiative au Centre Bell pouvait avoir le même engouement. À regarder les sondages dans les journaux, on a notre réponse, n'est-ce pas?

Un terrain de football, c’est gros. Très gros. Alors imaginez quand ce terrain bouge! C’est ce qui arrive au University of Phoenix Stadium, le domicile des Cardinals de l’Arizona dans la NFL.


Le terrain étant naturel, il a besoin de voir la lumière directe du soleil et c’est pour cela que les architectes ont créé des rails sur lesquels le terrain se déplace, pour sortir de l’enceinte du bâtiment. Le Business Week a d’ailleurs classé le stade parmi les 10 installations sportives les plus impressionnantes de la planète. Autre fait cocasse à propos de l’University of Phoenix Stadium est qu’il n’a d’universitaire que le nom. En effet, l’Univesité de Phoenix n’a pas d’équipes sportives, puisqu’il s’agit d’une université qui offre exclusivement des cours en ligne. C'est un peu comme si le Centre Bell changeait de nom pour le Centre TELUQ...


|
|
|
PUBLIÉ SUR samedi, 05.11.2011 / 14 h 47
Vingt-quatre heures après avoir séjourné dans la capitale nationale, une courte escale dans la ville qui ne dort jamais était au programme. New York est une destination qui ne manque pas d’endroits à visiter, peu importe la saison.

Même si nous sommes présentement au mois de novembre et que la saison de baseball a pris fin il n’y a pas si longtemps, le Yankee Stadium continue d’accueillir de nombreux amateurs de baseball durant l’automne. Inauguré en 2009, le nouveau temple des Yankees de New York est l’un des bijoux de tout le monde du sport. Cependant, une visite dans ce stade était de mise. Avec leurs 27 championnats, les Bombardiers du Bronx sont la seule équipe sportive en Amérique du Nord qui devance les Canadiens et leurs 24 conquêtes de la coupe Stanley.



Lorsque l’on pense New York, l’un des premiers endroits qui nous vient en tête est Times Square. Avec ces nombreux écrans géants et ses millions de lumières, des touristes de partout sur la planète prennent d’assaut ce site jour après jour. Ce n’est donc pas surprenant que quelques partisans du Tricolore qui ont fait le voyage pour encourager leurs favoris aient décidés d’arrêter par Times Square. En prenant cette photo, nous nous sommes immédiatement dit en voyant le partisan avec son chandail de Brian Gionta que nous aurions pu la publier dans l’un des albums d’Où est Charlie. L'avez-vous trouvé?



En ce début de novembre, peu à peu nous commençons à penser à Noël et aux nombreuses festivités de fin d’année. Il n’y a pas beaucoup d’endroits dans le monde où la magie est plus présente qu’à New York. Son décor a notamment été utilisé à maintes et maintes reprises au fil des années dans plusieurs films de Noël. Bien que nous ne sommes pas en encore en décembre, la patinoire du Rockefeller Center est déjà fonctionnelle et plusieurs personnes ont décidé de sortir leurs patins. Dans quelques semaines, le légendaire arbre de Noël de plus de 70 pieds de haut sera érigé au même endroit, marquant le début officiel des célébrations.



Bien que de nombreux partisans des Canadiens ont fait le voyage jusqu’à New York, plusieurs fervents du Tricolore qui assistaient au match habitent déjà la ville et n’ont pas changé leurs allégeances malgré leur nouvel environnement. Tel est le cas de Zack Nemes, originaire du quartier Côte Saint-Luc à Montréal, et quelques-uns de ses amis qui ont encouragé leurs favoris au Madison Square Garden. Malgré qu’ils fussent encerclés par les partisans des Blue Shirts, Zack et sa bande ne se sont pas laissés impressionnés et ont démontré leur appui au bleu-blanc-rouge.


|
|
|
PUBLIÉ SUR vendredi, 04.11.2011 / 14 h 44
 Affronter une équipe canadienne a toujours quelque chose de spécial. Lorsque les Canadiens se rendent à Ottawa, c'est encore plus particulier parce que seulement quelques kilomètres séparent Montréal de la capitale canadienne. Le Tricolore effectue son premier passage dans la région cette année et cette fois, c'est à l'occasion du 20e anniversaire des nouveaux Sénateurs.

Après avoir quitté la LNH en 1934, la Ligue a octroyé une nouvelle franchise à Ottawa quelques décennies plus tard et c'est en 1992 que les Sénateurs ont refait surface. Leur adversaire le soir de leur premier match, nul autre que les Canadiens. Vingt ans plus tard, on se souvient encore de ce fameux soir du 8 octobre alors que l'équipe locale avait remporté un de ses rares matchs cette saison-là par la marque de 5 à 2.


Inauguré en 1996, la Place Banque Scotia affiche fièrement le logo du 20e anniversaire du club au centre de la patinoire. Mais au cours des prochaines semaines, ce logo sera remplacé par celui du Match des étoiles alors qu’Ottawa accueillera la classique annuelle à la fin du mois de janvier 2012.


La ville d’Ottawa a toujours été très accueillante, principalement pour les partisans du Tricolore qui ne ratent jamais une occasion de voir leurs favoris sur la route. Lorsqu’ils ont complété leur trajet à l’autre bout de l’autoroute 417, l’un des endroits par excellence où ils aiment se détendre avant le match est chez Bert’s. Situé directement à la Place Banque Scotia, l’atmosphère et la bonne compagnie sont au rendez-vous. Si la température froide de novembre n'est pas pour vous, nous vous sugérons Bert's Barbados. Le propriétaire des Sénateurs Eugene Melnyk a ouvert un autre établissement dans les Caraïbes et tous les matchs des Sénateurs sont télédiffusés. Il y a des choses pires qu'.écouter un match de hockey sur la plage en buvant un Mai Tai!
|
|
|
PUBLIÉ SUR jeudi, 27.10.2011 / 16 h 02
Notre quête pour un endroit affichant fièrement les couleurs du Tricolore à Boston s’est avérée un semi-échec. Facile à croire. L’une des plus grandes rivalités dans le hockey se joue entre les champions de la coupe Stanley et nos Canadiens. Nous avons donc chaussé bottes de pluie et parapluie pour trouver un bar sportif où il ferait bon d’écouter un de ces matchs toujours haut en émotions.

Le Boston Herald suggérait le Jerry Remy Sports Bar and Grill, immense salle à dîner avec des murs placardés de télévisions HD, toutes branchées sur des chaînes sportives. En cette journée de match, l’un des plus gros écrans affichait des primeurs hockey et donnait aux clients un aperçu du vestiaire chez les Bruins comme des faits saillants chez les Canadiens.


Nous avons fait le saut au The Fours, nommé bar sportif par excellence en Amérique par Sports Illustrated. Le bar est enfoui sous des objets sportifs de collection. Des affiches de Bobby Orr sont accrochées partout, le pochoir «Believe» avec le logo des Bruins est peint sur la porte.


Dans toute cette brocante d’iconographies sportives se retrouve Simon et Gautier, braves Montréalais qui sont assis au bar, gilet des Canadiens sur le dos. Les deux seuls d’ailleurs. Il n’y a peut-être pas de bars réservés aux fans du bleu-blanc-rouge, mais The Fours, tout près du TD Garden, est certainement un endroit où se réfugier, et peut-être même y croiser Raymond Bourque.     

|
|
|
PUBLIÉ SUR jeudi, 20.10.2011 / 12 h 26
À tous les fans des émissions de démolition extrême et d’implosions spectaculaires, vous allez être déçus. Le Mellon Arena ne sera pas détruit à l’aide de dynamite. L’ancien domicile des Penguins sera déconstruit en douceur, démonté pièce par pièce jusqu’au dernier boulon. Les premiers coups de marteau ont été donnés le 26 septembre dernier.




Dans la LNH, tout comme dans les autres sports, il n’est pas rare de voir accroché dans les vestiaires et un peu partout, des petites phrases destinées à donner de l’inspiration aux joueurs. À Montréal, il est écrit au-dessus de la porte du vestiaire: «Travailler ensemble, Gagner ensemble, Grandir ensemble ». Comme il est important de se motiver, peu importe ce que l’on fait, les chauffeurs de Zamboni du Consol Energy Center ont trouvé leur façon à eux de se rappeler la tâche à faire pour la journée. «Fais la glace comme un champion aujourd’hui». Voilà qui est inspirant!

|
|
|